Chico Whitaker
   
 
Estantes
Chico Whitaker?
What are these shelves?
Fighting corruption
Human Rights
Popular education, mobilization and organization
World Social Forum
Political initatives
International Study Days - Overcoming Dominations
Books and articles
In the São Paulo Municipal Council
In the Church
In the Worker's Party
Novos movimentos sociais (indignados, occupy)
Popular Participation
little reflections
Planning
Por um Brasil livre de usinas nucleares
Networks
Polítical Reform
Videos
X - Articles quoted in my texts
Ordem Alfabética
World Social Forum
 
2014-07-03 - Changer le monde avec Chico Whitaker
 

Changer le monde avec Chico Whitaker

http://www.histoiresordinaires.fr/Changer-le-monde-avec-Chico-Whitaker_a1424.html 

Chaque jeudi soir, de nouveaux portraits de citoyens étonnants


Alters

Changer le monde avec Chico Whitaker

01/05/2014

En 2001, Francisco Whitaker Ferreira, dit Chico, cofonde le premier Forum social mondial à Porto Alegre, en réponse au Forum économique mondial. Cet Altermondialiste a reçu le prix Nobel alternatif pour le travail de toute une vie vouée à la justice sociale.


Changer le monde avec Chico Whitaker
Abonnez-vous au Podcast d'histoires ordinaires disponible sur Itunes     
ou écoutez sur l'audioblog Histoires Ordinaires  sur Arte Radio

chico_whitaker___13_05_2014_23_01_1.mp3 Chico Whitaker - 13:05:2014 23.01.mp3  (16.74 Mo)


Changer le monde avec Chico Whitaker
En tournée en Europe, il arrive d’Allemagne : des accords sont en voie de négociation avec le Brésil pour en finir avec le nucléaire. À Rennes, il doit donner une conférence sur les enjeux du mouvement altermondialiste. Ensuite, il file à Barcelone.

En ce mois d’avril, il nous reçoit au CRIDEV, blotti dans un large fauteuil.
 
Exilé en France avec sa famille durant la dictature militaire, il s’exprime en français avec un délicieux accent. Discours clair et limpide. Regard et sourires d’une éternelle jeunesse. Il raconte son engagement, livre ses convictions à grand renfort de gestes, parfois.

« Je suis activiste social »

Interrogé sur son choix de passer d‘architecte à sa position actuelle, il répond, taquin : « Je suis physicien  nucléaire ». En riant, il enchaîne : « Les professions sont un moyen de gagner sa vie, pas de faire des choses. Dans sa profession, on ne voit pas ce qui se passe… Je suis passé d’architecte à quantité de choses pour me consacrer à l’activité politique, pas au sens partisan mais à celui de l’éducation populaire. Au Brésil, il y a tellement à résoudre » Chico et sa femme doivent s’exiler, ils dérangent. A leur retour, ils s’investissent pleinement : « Maintenant, je dis que je suis spécialiste en idées générales, activiste social. »

A presque 83 ans, Chico Whitaker s’investit donc encore et toujours « à une époque où la logique de l’argent, la compétition permanente et la prédation de la nature ont pris le pouvoir ». Il travaille pour que la pyramide sociale s’inverse : base en haut, pointe en bas ; que les besoins du plus grand nombre prévalent sur les intérêts économiques ; qu’une plus large conscience collective sociale gagne le monde. Il ne baisse pas les bras. « Si je laisse tomber, je fais quoi ? Je vais chez moi mourir ? »

Changer le monde avec Chico Whitaker

Le pire : l’omission devant l’inégalité

La genèse de son engagement : un prêtre breton,  Louis-Joseph Lebret,  a guidé les jeunes brésiliens des années cinquante dans cette voie. Il a créé le mouvement " Économie et humanisme ". Le D, pour Développement du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD), vient de lui . Ce prêtre a aussi inspiré l'encyclique  " Populorum progressio   " du pape Paul VI. Chico Whitaker se souvient : « Avec son livre Rajeunir l’examen des consciences, il a mis dans nos têtes d’étudiants que le pire des péchés est l’omission devant la misère et l’inégalité. Nous avons tous été convaincus, il y en a même un qui a été candidat à la présidence de la République ! J’ai eu un parcours plus modeste ! »

Ne pas fermer pas les yeux et découvrir

Il décrit son cheminement et mime : ses paupières, alternativement, s’ouvrent et se ferment. « Quand on est disponible, on voit les choses, on essaie de ne pas fermer les yeux, on découvre au fur et à mesure. » Comme le danger nucléaire qu’il a découvert avec Fukushima. « On vit un moment de l’humanité compliqué : ça a commencé avec la chute du mur de Berlin, l’essor du capitalisme jusqu’en Chine. Ce qui m’encourage ? Je ne peux pas me retirer, qui peut se retirer de ça ? Il n’y a pas de choix ! Maintenant, je dirais que je suis sur deux mi-temps : le Forum social et l’antinucléaire. »
 
Un de ses derniers projets : travailler avec les personnes âgées. « Avec des universités du troisième âge, on souhaite engager les personnes âgées dans l’action et le combat politique :  elles ont capacités, temps, expérience et sagesse ! On appelle le projet  " le vieillissement actif plus ". »

Changer le monde avec Chico Whitaker

« Je suis société civile plein corps »

Les partis politiques sont partout en crise et la sphère politique ne peut, seule, faire changer le monde. L’engagement politique est d’autant plus important : Heureusement, une part de l’église catholique au Brésil a été progressiste. Ne pas faire de politique, c’est ignorer l’intérêt collectif, laisser les choses comme elles sont. » 

« La politique est une espèce d’obligation »  et il y a au moins deux façons de faire : l’engagement dans les partis ou celui dans la société civile. Chico les a testées mais en a abandonné une : « J’ai été élu parlementaire à Sao Paulo. Rien ne se fera au niveau du pouvoir sans la pression de la société. Il y a un effort énorme à faire pour combattre la corruption. Après deux mandats, j’ai dit " je change de camp." Maintenant, je suis société civile plein corps, je ne peux pas faire autrement... »

Utiliser plus largement l’objection de conscience

Libéralisme et capitalisme gagnent du terrain. Chico Whitaker considère que  La société civile doit s’organiser, proposer des alternatives : « Les partis sont limités. Quand le Parti des Travailleurs a été créé au Brésil, c’était un mouvement de formation. Quand je l’ai quitté, c’était devenu un parti comme les autres : une pyramide de lutte interne pour que les gens montent. »

Il est pressé. Il sait qu’il ne faut rien attendre des décideurs, de là-haut : «  Des jeunes, comme les Indignés, mènent une action politique non traditionnelle, non pyramidale, horizontale, avec de l’information. Il faut continuer. » L'adversaire est coriace : « Le problème, c’est la désinformation. Les médias font partie de la lutte pour conquérir l’espace de dialogue mais ils dépendent énormément du pouvoir. Il faut aider pour que les gens aient conscience des choses. »

Il propose des pistes non-violentes : « On pourrait, par exemple, appliquer plus largement les principes de l’objection de conscience. On gagnerait la guerre ! Si tous les soldats disaient " je ne veux pas être soldat ", il n’y aurait pas d’armée ! Les jeunes qui tuent par ordinateurs pourraient dire : " objection de conscience ". »

Changer le monde avec Chico Whitaker

Passer du pouvoir-domination au pouvoir-service

Chico Whitaker nous éclaire  sur les principes du Forum social mondial : « Le Forum : mettre ensemble les gens qui font la même chose, alors qu’ils se bagarraient, pour construire le monde qu’on veut. Mais le système a un pouvoir de rouleau compresseur, difficile de sortir de ça ! »
 
Le Forum n’a pas d’objectif d’organisation, mais de convergence ; un espace de rencontre, où les gens se reconnaissent, apprennent à travailler ensemble : « Il y a 40 Forums sociaux thématiques. il faut aller plus loin, en Asie, aux États-Unis. Compléter en Afrique. Le Forum n’est pas un mouvement, une entité ou une organisation : on lutte avec d’autres. C’est une méthode, avec des règles : personne ne peut imposer aux autres. »

Ce n'est pas une fédération, qui instaure déjà une pyramide, la domination sans partage. Alors Chiko Whitaker précise : « Je ne suis pas " du " Forum social, ni " membre ". Au mieux, je suis facilitateur. Il faut lâcher son pouvoir pour que ceux qui dépendent de nous deviennent autonomes. Exercer le pouvoir autrement, c’est passer du " pouvoir domination " au " pouvoir service " : là, les choses peuvent continuer sans toi. »

Changer le monde avec Chico Whitaker

« Sortir des sentiers battus »

Chico Whitaker nous livre ses impressions sur l’avenir. Le défi : la créativité. Le grand problème : la fragilité de la société civile qui, face au pouvoir -économique, gouvernemental, politique- n’a pas conscience de ce qui se passe : « En France, on ne discute pas le nucléaire. Terrible : non information, mensonges ! Il faut y aller, utiliser les gens qui savent, inventer les modalités de prise de conscience ! Les moyens sont énormes : internet, les réseaux sociaux. Il y a un chemin à trouver. C’est une façon de dire " Je suis pas encore mort, je suis vivant, capable. J’ai une tête, je sais penser, d’autres aussi. Il faut sortir des sentiers battus ". »
 
Au moment de nous quitter, il glisse, malicieux : « Le Forum, c’est un espace qu’il faut faire exister partout, créez en un à Rennes ! Les choses s’accumulent dans le monde un peu partout. À un moment, ça va exploser, il va en sortir une nouvelle étape… Espérons ! »
 
Puis il conclut : « Il y a de quoi penser qu’il faut continuer à vivre : tout ça frémit un peu partout. Ce serait beau si je pouvais participer, encore en vie, à certains grands changements… »
 
Dominique Crestin et Violette Goarant

Retrouvez 
aussi : Henryane de Chaponay, une altermondialiste royale


   
2014-05-12 - Entrevista Chico Whitaker El País, Barcelona
 

   
2013-01-04 - World Social Forum: space or movement? Thinking about the WSF International Council future in new perspectives.
 

The World Social Forum is a space or a movement? The option for a FSM-space, that is  behind the principles of its Charter, was discussed more and more clearly as the World Social Forums were realized and appeared the so called "WSF process", which comprises the realization, all over the world, of general or thematic social forums on several levels.

Today perhaps one can say that this option prevailed: the Social Forums are seen generally as "open spaces" for horizontal meetings - therefore without leaders, spokespersons or hierarchies – of civil society movements and organizations aiming at, autonomously in relation to political parties and Governments, the overcoming of neoliberalism.

   
2013-01-03 - Additional notes to the text proposing the dissolution of the WSF IC
 

The text on the IC future, in which I proposed its dissolution, was well received by many people, despite its radicalism, or perhaps for that very reason. Many considered that it opened new perspectives and that it would be good to deepen the discussion. But obviously some people were surprised or did not agree. And some raised many doubts and questions about its validity.

Everyone was worried about the character of such a "new movement", to which I assigned, in addition to the functions that it would have as movement, the replacement of the IC in a specific decision – the only one that it still had, in my opinion: to endorse the decision on where to hold each FSM.

So I was pushed to complete the proposal, to continue the discussion that it caused. That is what I intend to do with this text. What I propose is extremely simple, but it would require of course still much debate between those who think that we must open this new process, within the WSF process, but not mixing both up.

   
2013-01-02 - More notes about my proposal on the WSF IC
 

I explain here a little more my proposal, considering Francine and Gina comments, especially in what concerns the GRAPs. Many things I say below are known by everybody, but they are necessary to structure my reasoning. I hope my English is not incomprehensible. 

(English without revision) 

   
2011-07-21 - And now, World Social Forum?
 

This text was written to be published in the magazine Living Democracy, de l’IBASE, number 47, August 2011. The text published here is the original. The version of the magazine is shorter, with a size a quarter less. It discusses the challenges to the continuity of the World Social Forum, eleven years after its first edition in January 2001. I present three of them, related to the roles through which the WSF become, in my opinion, an irreplaceable tool in the struggle to overcome the problems created by the domination of money; the dissemination of his message of hope throughout the world; the affirmation of civil society as autonomous political actor; the effective construction of a new political culture.

only in portuguese

   
2010-09-10 - Is it possible to dream about another world?
  (Existing only in english)
This text was written in September 2010 to be published in Tunisia in a book organized by Corine Kumar, "Asking, we walk". She asked me to give my own personal vision of the deep sense of the World Social Forum process. It is still in a bad english. When revised by the editor of the book, I will put here its new version.
   
2010-04-17 - The three platforms of the WSF process
  Existing in portuguese, spanish and english
(Introduction to be translated)
Refletindo sobre o que foi avaliado, dito e discutido no Seminário Internacional de avaliação dos dez anos vividos no processo do Fórum Social Mundial, realizado em janeiro de 2010 em Porto Alegre, ficou mais claro para mim que o processo do FSM, em sua seqüência de criação de “espaços abertos” e de redes de organizações da sociedade civil, pelo mundo afora, do nível local ao planetário, desenvolve-se em três patamares, que descrevo neste artigo.

Publicado, sem as notas de rodapé, na edição 703 do "Correio da Cidadania", de abril de 2010. Disponível na estante "Fórum Social Mundial"
   
 
Artigos 1 a 8 de 8