Chico Whitaker
   
 
Estantes
Chico Whitaker?
O que são estas estantes?
Combate à corrupção
Direitos Humanos
Educação, mobilização e organização popular
Fórum Social Mundial
Iniciativas politicas
Jornadas Internacionais - Superando as Dominações
Livros e artigos
Na Camara Municipal de São Paulo
Na Igreja
No Partido dos Trabalhadores
Novos movimentos sociais (indignados, occupy)
Participação popular
pequenas reflexões
Planejamento
Por um Brasil livre de usinas nucleares
Redes
Reforma Política
Vídeos
X - Artigos citados em meus textos
Ordem Alfabética
Fórum Social Mundial
 
2014-07-03 - Changer le monde avec Chico Whitaker
 

 

http://www.histoiresordinaires.fr/Changer-le-monde-avec-Chico-Whitaker_a1424.html 

Changer le monde avec Chico Whitaker

Chaque jeudi soir, de nouveaux portraits de citoyens étonnants


Changer le monde avec Chico Whitaker

01/05/2014

En 2001, Francisco Whitaker Ferreira, dit Chico, cofonde le premier Forum social mondial à Porto Alegre, en réponse au Forum économique mondial. Cet Altermondialiste a reçu le prix Nobel alternatif pour le travail de toute une vie vouée à la justice sociale.

Changer le monde avec Chico Whitaker
En tournée en Europe, il arrive d’Allemagne : des accords sont en voie de négociation avec le Brésil pour en finir avec le nucléaire. À Rennes, il doit donner une conférence sur les enjeux du mouvement altermondialiste. Ensuite, il file à Barcelone.

En ce mois d’avril, il nous reçoit au CRIDEV, blotti dans un large fauteuil.
 
Exilé en France avec sa famille durant la dictature militaire, il s’exprime en français avec un délicieux accent. Discours clair et limpide. Regard et sourires d’une éternelle jeunesse. Il raconte son engagement, livre ses convictions à grand renfort de gestes, parfois.

« Je suis activiste social »

Interrogé sur son choix de passer d‘architecte à sa position actuelle, il répond, taquin : « Je suis physicien  nucléaire ». En riant, il enchaîne : « Les professions sont un moyen de gagner sa vie, pas de faire des choses. Dans sa profession, on ne voit pas ce qui se passe… Je suis passé d’architecte à quantité de choses pour me consacrer à l’activité politique, pas au sens partisan mais à celui de l’éducation populaire. Au Brésil, il y a tellement à résoudre » Chico et sa femme doivent s’exiler, ils dérangent. A leur retour, ils s’investissent pleinement : « Maintenant, je dis que je suis spécialiste en idées générales, activiste social. »

A presque 83 ans, Chico Whitaker s’investit donc encore et toujours « à une époque où la logique de l’argent, la compétition permanente et la prédation de la nature ont pris le pouvoir ». Il travaille pour que la pyramide sociale s’inverse : base en haut, pointe en bas ; que les besoins du plus grand nombre prévalent sur les intérêts économiques ; qu’une plus large conscience collective sociale gagne le monde. Il ne baisse pas les bras. « Si je laisse tomber, je fais quoi ? Je vais chez moi mourir ? »

Changer le monde avec Chico Whitaker

Le pire : l’omission devant l’inégalité

La genèse de son engagement : un prêtre breton,  Louis-Joseph Lebret,  a guidé les jeunes brésiliens des années cinquante dans cette voie. Il a créé le mouvement " Économie et humanisme ". Le D, pour Développement du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD), vient de lui . Ce prêtre a aussi inspiré l'encyclique  " Populorum progressio   " du pape Paul VI. Chico Whitaker se souvient : « Avec son livre Rajeunir l’examen des consciences, il a mis dans nos têtes d’étudiants que le pire des péchés est l’omission devant la misère et l’inégalité. Nous avons tous été convaincus, il y en a même un qui a été candidat à la présidence de la République ! J’ai eu un parcours plus modeste ! »

Ne pas fermer pas les yeux et découvrir

Il décrit son cheminement et mime : ses paupières, alternativement, s’ouvrent et se ferment. « Quand on est disponible, on voit les choses, on essaie de ne pas fermer les yeux, on découvre au fur et à mesure. » Comme le danger nucléaire qu’il a découvert avec Fukushima. « On vit un moment de l’humanité compliqué : ça a commencé avec la chute du mur de Berlin, l’essor du capitalisme jusqu’en Chine. Ce qui m’encourage ? Je ne peux pas me retirer, qui peut se retirer de ça ? Il n’y a pas de choix ! Maintenant, je dirais que je suis sur deux mi-temps : le Forum social et l’antinucléaire. »
 
Un de ses derniers projets : travailler avec les personnes âgées. « Avec des universités du troisième âge, on souhaite engager les personnes âgées dans l’action et le combat politique :  elles ont capacités, temps, expérience et sagesse ! On appelle le projet  " le vieillissement actif plus ". »

Changer le monde avec Chico Whitaker

« Je suis société civile plein corps »

Les partis politiques sont partout en crise et la sphère politique ne peut, seule, faire changer le monde. L’engagement politique est d’autant plus important : Heureusement, une part de l’église catholique au Brésil a été progressiste. Ne pas faire de politique, c’est ignorer l’intérêt collectif, laisser les choses comme elles sont. » 

« La politique est une espèce d’obligation »  et il y a au moins deux façons de faire : l’engagement dans les partis ou celui dans la société civile. Chico les a testées mais en a abandonné une : « J’ai été élu parlementaire à Sao Paulo. Rien ne se fera au niveau du pouvoir sans la pression de la société. Il y a un effort énorme à faire pour combattre la corruption. Après deux mandats, j’ai dit " je change de camp." Maintenant, je suis société civile plein corps, je ne peux pas faire autrement... »

Utiliser plus largement l’objection de conscience

Libéralisme et capitalisme gagnent du terrain. Chico Whitaker considère que  La société civile doit s’organiser, proposer des alternatives : « Les partis sont limités. Quand le Parti des Travailleurs a été créé au Brésil, c’était un mouvement de formation. Quand je l’ai quitté, c’était devenu un parti comme les autres : une pyramide de lutte interne pour que les gens montent. »

Il est pressé. Il sait qu’il ne faut rien attendre des décideurs, de là-haut : «  Des jeunes, comme les Indignés, mènent une action politique non traditionnelle, non pyramidale, horizontale, avec de l’information. Il faut continuer. » L'adversaire est coriace : « Le problème, c’est la désinformation. Les médias font partie de la lutte pour conquérir l’espace de dialogue mais ils dépendent énormément du pouvoir. Il faut aider pour que les gens aient conscience des choses. »

Il propose des pistes non-violentes : « On pourrait, par exemple, appliquer plus largement les principes de l’objection de conscience. On gagnerait la guerre ! Si tous les soldats disaient " je ne veux pas être soldat ", il n’y aurait pas d’armée ! Les jeunes qui tuent par ordinateurs pourraient dire : " objection de conscience ". »

Changer le monde avec Chico Whitaker

Passer du pouvoir-domination au pouvoir-service

Chico Whitaker nous éclaire  sur les principes du Forum social mondial : « Le Forum : mettre ensemble les gens qui font la même chose, alors qu’ils se bagarraient, pour construire le monde qu’on veut. Mais le système a un pouvoir de rouleau compresseur, difficile de sortir de ça ! »
 
Le Forum n’a pas d’objectif d’organisation, mais de convergence ; un espace de rencontre, où les gens se reconnaissent, apprennent à travailler ensemble : « Il y a 40 Forums sociaux thématiques. il faut aller plus loin, en Asie, aux États-Unis. Compléter en Afrique. Le Forum n’est pas un mouvement, une entité ou une organisation : on lutte avec d’autres. C’est une méthode, avec des règles : personne ne peut imposer aux autres. »

Ce n'est pas une fédération, qui instaure déjà une pyramide, la domination sans partage. Alors Chiko Whitaker précise : « Je ne suis pas " du " Forum social, ni " membre ". Au mieux, je suis facilitateur. Il faut lâcher son pouvoir pour que ceux qui dépendent de nous deviennent autonomes. Exercer le pouvoir autrement, c’est passer du " pouvoir domination " au " pouvoir service " : là, les choses peuvent continuer sans toi. »

Changer le monde avec Chico Whitaker

« Sortir des sentiers battus »

Chico Whitaker nous livre ses impressions sur l’avenir. Le défi : la créativité. Le grand problème : la fragilité de la société civile qui, face au pouvoir -économique, gouvernemental, politique- n’a pas conscience de ce qui se passe : « En France, on ne discute pas le nucléaire. Terrible : non information, mensonges ! Il faut y aller, utiliser les gens qui savent, inventer les modalités de prise de conscience ! Les moyens sont énormes : internet, les réseaux sociaux. Il y a un chemin à trouver. C’est une façon de dire " Je suis pas encore mort, je suis vivant, capable. J’ai une tête, je sais penser, d’autres aussi. Il faut sortir des sentiers battus ". »
 
Au moment de nous quitter, il glisse, malicieux : « Le Forum, c’est un espace qu’il faut faire exister partout, créez en un à Rennes ! Les choses s’accumulent dans le monde un peu partout. À un moment, ça va exploser, il va en sortir une nouvelle étape… Espérons ! »
 
Puis il conclut : « Il y a de quoi penser qu’il faut continuer à vivre : tout ça frémit un peu partout. Ce serait beau si je pouvais participer, encore en vie, à certains grands changements… »
 
Dominique Crestin et Violette Goarant

Retrouvez 
aussi : Henryane de Chaponay, une altermondialiste royale


   
2014-05-24 - Mensagem ao Forum sobre a Paz em Sarajevo
 

Texto enviado aos participantes de um Fórum sobre a Paz que se realizará em Sarajevo, Bósnia, no incio de Junho, no processo do Fórum Social Mundial. Eu tinha sido convidado para a abertura do Fórum, mas como não poderia ir, os organizadores pediram-me que mandasse uma pequena mensagem, que pudesse ser lida no inicio. Disponivel somente em francês

   
2013-01-04 - Fórum Social Mundial: espaço ou movimento? Pensando o futuro do Conselho Internacional do FSM em novas perspectivas.
 

O Fórum Social Mundial  FSM é um espaço ou um movimento? A opção por um FSM-espaço, subjacente aos princípios da sua Carta, foi sendo discutida cada vez mais claramente à medida que os Fóruns Mundiais se sucederam e foi surgindo o chamado “processo do FSM”,  que compreende a realização, pelo mundo afora, de Fóruns Sociais gerais ou temáticos em vários níveis.

Hoje talvez se possa afirmar que essa opção prevaleceu: os Fóruns Sociais são vistos de forma geral como “espaços abertos” de encontro horizontal - sem portanto dirigentes, porta-vozes ou hierarquizações - de movimentos e organizações da sociedade civil que visam, autonomamente em relação a partidos e governos, a superação do neoliberalismo.

   
2013-01-03 - Notas complementares ao texto propondo a dissolução do CI do FSM
 

O texto sobre o futuro do CI, em que propus a sua dissolução, foi bem recebido por muita gente, apesar de sua radicalidade, ou talvez por isso mesmo. Muitos consideraram que ele abria perspectivas novas e que valeria a pensa aprofundar a discussão. Mas obviamente houve quem ficasse surpreendido ou que contestasse a proposta. E quem levantasse muitas dúvidas e questões sobre a sua validade.

Todos ficaram preocupados com o caráter do tal de “Novo Movimento”, a que atribuí, alem das funções que lhe seriam próprias, a de substituir o CI na decisão especifica – a única que lhe tinha restado, em minha opinião – de avalizar a decisão sobre onde realizar cada FSM.

Por isso mesmo fiquei de completar a proposta, para continuar a discussão que ela provocou. É o que pretendo fazer com este texto. O que proponho é extremamente simples, mas exigiria naturalmente ainda muito debate entre os que considerarem que devemos abrir esse novo processo, dentro do processo do FSM, porem sem se confundir com ele.

   
2013-01-02 - Mais notas sobre a minha proposta para o Conselho Internacional do FSM
 

Explico neste texto um pouco mais a minha proposta, considerando os comentários de Francine e Gina, especialmente no que diz respeito aos GRAPs. Muitas coisas que eu digo abaixo são conhecidas por todos, mas são necessárias para estruturar o meu raciocínio. 

   
2011-07-21 - E agora, Forum Social Mundial?
 

Este texto foi escrito para ser publicado na revista Democracia Viva, do IBASE, número 47, de agosto de 2011. O texto aqui publicado é o original. A versão da revista é mais enxuta, com um tamanho um quarto menor. Trata dos desafios que se apresentam para a continuidade do Forum Social Mundial, onze anos de pois de ter sido lançado, em janeiro de 2001. Enumero tres, relacionados aos tres papéis que o tornam, em minha opinião, um insubstituivel instrumento  na luta pela superação dos problemas criados pela dominação do dinheiro: o da difusão de sua mensagem de esperança em todo o mundo; o da afirmação da sociedade civil como ator político autônomo; o da construção efetiva de uma nova cultura política.

   
2010-04-17 - Os tres patamares do Forum Social Mundial
  Refletindo sobre o que foi avaliado, dito e discutido no Seminário Internacional de avaliação dos dez anos vividos no processo do Fórum Social Mundial, realizado em janeiro de 2010 em Porto Alegre, ficou mais claro para mim que o processo do FSM, em sua seqüência de criação de “espaços abertos” e de redes de organizações da sociedade civil, pelo mundo afora, do nível local ao planetário, desenvolve-se em três patamares, que descrevo neste artigo.

Publicado, sem as notas de rodapé, na edição 703 do "Correio da Cidadania", de abril de 2010. Disponível na estante "Fórum Social Mundial"
   
0000-00-00 - Decidir por votos ou por consenso?
 

 As entidades que organizaram os primeiros Fóruns Sociais Mundiais tiveram que lidar desde o inicio, em sua diversidade, com o problema da tomada de decisões por voto, diante da necessidade de se decidir o mais rapidamente possível. Mas já no ano que se seguiu ao primeiro Fórum adotaram a regra da tomada de decisões por consenso, e não por votos. Essa regra era mais trabalhosa, mas levava a assegurar que continuássemos a atuar juntos. Chegamos até a explicitar claramente no “Acordo Programático” que então formalmente assinamos, ao embarcarmos na organização do segundo Fórum.

   
 
Artigos 1 a 8 de 8